Éthique et culture religieuse[1], ceux qui aiment la philosophie devraient se réjouir qu’un Dans l’optique démocratique d’une construction commune d’un vivre ensemble harmonieux, je pense qu’il faut répondre non. Historiquement, cette opposition s’est incarnée dans le conflit de la religion et de la science. S’il faut que les jeunes développent une position morale en se fondant sur des principes éthiques acquis au terme d’une réflexion méthodique et donc critique, cela implique une mise en examen des positions morales religieuses et rendrait inutile, dans cette dimension normative, d’instituer un respect absolu des doctrines religieuses. Se constituant comme un domaine de pensée extérieur, étranger à la religion et à l’autorité de la tradition, la pensée rationnelle postule qu’il existe un ordre intelligible immanent au réel, c’est-à-dire des lois qui règlent les phénomènes de la nature et que l’homme peut découvrir et formuler au moyen de théories fondées sur des expériences. Un article de la revue Philosophiques (Dossier. La philosophie de Platon : Une philosophie de la raison Platon est un philosophe grec connu et reconnu pour avoir notamment laissé une œuvre philosophique considérable, sous formes de dialogues. Cette confiance subjective peut aller du doute à la certitude en passant par la persuasion et la conviction. Devant cette apparence de contradiction entre respect absolu et examen critique de la culture religieuse, doit-on vraiment comprendre le respect absolu comme l’absence de possibilité critique ? Il n’est pas nécessaire que l’idée soit vraie. Si la croyance n’est que subjectivement suffisante et si elle est en même temps tenue pour objectivement insuffisante, elle s’appelle foi. ), Lorsque la foi cherche des preuves ou prétend les avoir on peut la soupçonner de n’être que faiblesse de la foi ou, Un texte de Saint Augustin. des croyances pour véritablement interroger le sens de nos différences. Définition du dictionnaire : le rationalisme est la « doctrine d’après laquelle tout ce qui existe a sa raison d’être et peut donc être considéré comme intelligible (ou d’après laquelle la raison est effectivement en accord avec le monde et permet à l’homme de le connaître et d’agir sur lui » .) La vérité désigne la correspondance exacte de la pensée et de la réalité qu’elle décrit. Dans le langage courant on qualifie de “vrai” ou de “faux”aussi bien les idées et les discours que les choses matérielles. Celui qui sait quelque chose, croit du même coup dans la vérité de cette chose ( Dire : « je sais que 2+2=4 mais je ne le crois pas » est une phrase absurde). Même un cours d’histoire moins centré sur le dialogue entraînera un rapport critique comme tout phénomène de compréhension. respecter l’autre en tant que différent, c’est d’abord renoncer à mettre en question la Élève : Parce que Dieu affirme qu’il faut s’aimer les uns les autres. C’est d’ailleurs le but du programme : « Proposer une formation à l’éthique, dont le but central est de conduire chaque jeune à une réflexion critique et personnelle sur les grands enjeux moraux de notre temps » (p. 31). démunis ? Je pense qu’il est important d’établir une distinction entre deux dimensions qui structurent le discours religieux : une dimension symbolique et épistémique ainsi qu’une dimension normative, éthique et politique. L’explication rationnelle par la force des arguments. L’idée vraie est celle qui correspond à la réalité. Et pourtant, j’affirme…, L’existence et le temps Existence (du latin ex-sistere : se tenir hors de). Le mot « objet » s’applique donc à tout ce qui est pensé, par opposition au sujet qui le pense. aussi à la discussion des positions morales religieuses ? Rechercher. collectif, pensé dans une réflexion citoyenne. Force est de constater qu’inclure la culture religieuse dans le programme nécessite 2. S’il est vrai que l’enseignant ne peut avoir comme rôle d’inciter directement Croyance et raison semblent représenter deux manières opposées de juger la réalité et de faire apparaître la vérité. d’entre eux puisse jouer un rôle important dans l’élaboration de politiques publiques au Georges Leroux penserait-il de même ? Nous pouvons être heureux qu’un grand spécialiste de la philosophie grecque Enseignante : Pensez-vous qu’il est important pour notre société d’aider les plus Soyons clairs, il ne s’agit pas du tout de défendre une position hostile aux religions particulières ou au phénomène religieux en général. En bref, le programme mettrait dans un équilibre égalitaire l’éthique et la culture religieuse en ce qui concerne leurs prétentions morales et politiques, et cet équilibre serait rendu possible par une véritable « trame critique » (p. 47) au coeur du dialogue démocratique. Si je dis « je crois que Yaoundé est la capitale du Cameroun », j’affirme que cette phrase décrit une réalité tout en signifiant que je n’en suis pas totalement sûr. Changer ). Si je dis que je crois en quelqu’un, j’affirme par là que je lui fais confiance. c’est justement ce cadre qui permet de dépasser la compétition stérile qu’identifie Leroux Usages de la réflexivité en philosophie allemande) diffusée par la plateforme Érudit. Québec. Il faut remarquer une chose : si croire c’est avoir une idée et penser qu’elle est vraie, le savoir, en tant qu’adhésion à une idée affirmée comme vraie, est lui-même une sorte de croyance. Même si ces deux dimensions s’interpénètrent (la dimension normative découle souvent de la dimension symbolique quand elle n’en fait pas partie), elles se distinguent essentiellement par les effets qu’elles peuvent avoir sur autrui. Il s’agit d’un critère négatif puisqu’il permet de découvrir, non pas la vérité des affirmations mais leur liaison erronée. Il y a donc lieu de s’intéresser aux positions morales religieuses et d’en débattre dans une optique critique, et il est possible de tenter de les justifier rationnellement en les détachant de leur contexte d’origine. conciliable ? De plus, l’affirmation de l’idée ne doit pas être due à de mauvaises raisons ou au hasard, mais doit être appuyé sur des preuves ou des démonstrations. C’est par exemple le cas de la Tour Eiffel qui existe réellement et ce n’est pas le cas de la licorne rose. Ne pose-t-il pas comme essence la liberté et l’autonomie de l’être humain par rapport à l’autorité de la tradition ? différences, au lieu de mettre en question le fondement, de mépriser, d’ignorer » (p. On peut penser que la compassion, par exemple, impose un respect absolu et ne devrait pas être soumise à l’examen rationnel si elle n’est pas portée sur la place publique et qu’elle sert de principe à des pratiques strictement individuelles. Après l’introduction du concept de respect absolu, on pourrait croire que Leroux s’oppose à toute remise en question de l’identité religieuse des jeunes. C’est aussi le souhait de Leroux, qui reconnaît le danger « d’une contradiction fatale entre le recours à l’autorité et la vie démocratique » (p. 263) : Nous souhaitons que les jeunes comprennent que tout processus conduisant à une A priori, cette perspective dialectique semble impliquer une dimension critique incontournable et nécessaire pour écarter toute tentation relativiste. Conjointement, un cours de philosophie permettrait une distinction entre les différents types de discours, une réflexion sur la croyance et sur la dimension normative du discours religieux. l’autre et de soi-même qui nécessite « une réelle sympathie herméneutique, qui se fonde Une des fonctions principales du discours religieux est de donner un sens à l’existence humaine ; expression que l’on peut comprendre au moins de deux façons. Xavier Dolan et Lise Gauvin figurent parmi les 64 lauréats retenus cette année. Il faudrait étendre à la dimension normative de la culture religieuse ce que Leroux avance ici pour l’éthique : Chaque jeune pourra être invité à faire la différence entre les normes qui sont On constate avec la publication de Différence et est un raisonnement valide mais la première proposition (tous les hommes sont justes) est fausse. Cette conception se retrouve chez Descartes au début du Discours de la méthode, quand il identifie la raison au « bon sens » et la définit comme « la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d’avec le faux » en tant qu’elle « est naturellement égale en tous les hommes ». Le cours ECR qu’il a contribué à mettre en place viendrait combler en partie ce retard. Ce qui n’est bien sûr pas un accroc à la liberté de conscience, bien au contraire. Nous arrive au même moment, édité par Ginette Michaud, Michel Lisse et Marie-Louise Mallet, le premier tome du séminaire de Jacques Derrida (Vol. C’est aussi ce que Leroux affirme ici en ce qui concerne le dialogue éthique : « Le caractère rationnel de ces discussions n’est certes jamais entièrement imperméable aux croyances particulières […] le programme les invitera à s’engager dans une démarche rationnelle et dialoguée sur toutes ces questions » (p. 252). Au final, s’il faut accepter un dialogue libre de toute critique dans le respect absolu des croyances en elles-mêmes, il me semble essentiel de le dégager complètement du dialogue philosophique qui, lui, ne peut souffrir d’être non critique. Anayse du sujet : La foi est contraire à la raison - La croyance est contraire à la raison. Du danger de penser, La Différence) propose, dans une même admiration, une confrontation posthume. réduire la diversité religieuse tant que cette diversité est en accord avec les droits modèles de performance[4]. On ne peut qu’être en accord avec Leroux lorsqu’il affirme que notre société a « beaucoup de retard à rattraper sur le plan de la formation à la critique et à la pensée » et en ce qui concerne l’éducation civique (p. 225). Il s’agit d’un critère négatif puisqu’il permet de découvrir, non pas la vérité des affirmations mais leur liaison erronée. Le programme doit promouvoir chez les futurs citoyens une tolérance et une connaissance de la différence. représente ceux-ci dignement. 4.La croyance et la raison. de modifier fondamentalement le dialogue en y enlevant son essence critique. Comme le soulignent les programmes officiels, « l’étude méthodi­que des notions est précisée et enrichie par des repères. Comme nous l’avons dit plus haut, la croyance représente une opinion souvent incertaine, une adhésion de notre esprit à une idée ou à des … Sauf que, dans un programme d’histoire où le dialogue collectif n’est pas une compétence explicite, la délibération critique demeurera plus personnelle. La religion qui calme ou exalte, l’ idéologie politique qui remporte la victoire, doivent-elles être considérées comme vraies pour la raison qu’elles sont efficaces et atteignent leur but  ? Dans le monde contemporain, la résurgence très importante de l’irrationalisme pose à nouveau le problème, à la fois épistémologique, moral et politique des rapports de la raison et de la croyance. Créez-vous un compte Le stoïcisme, naissance historique. Questionner le fondement ou connaître. Ce qu’il propose dans la foulée du rapport Parent est une véritable philosophie publique de l’éducation qui s’engage dans l’éducation à la démocratie par une définition commune « des valeurs universelles de citoyenneté » (p. 119). présente donc, au sein d’un même programme, d’un côté la construction collective critique Mais le cours ECR n’est-il pas en grande partie un cours de philosophie ? L’auteur a raison d’affirmer qu’« une démocratie ne saurait fonctionner si les citoyens n’ont pas les moyens de comprendre les raisons, qu’elles soient religieuses ou morales, croyantes ou athées, soutenant les positions des uns et des autres dans le débat politique et social » (p. 83). Il est aussi rare qu’une politique concrète soit défendue avec Mais si l’on peut penser qu’il est primordial de favoriser une riche culture religieuse pour améliorer la connaissance de l’histoire, la compréhension des autres et un meilleur vivre ensemble, en quoi le phénomène religieux doit-il faire partie d’un corpus explicitement dédié au dialogue rationnel et critique ? cynique au règne de la différence » (p. 243). Leroux l’admet d’emblée, il est impossible pour l’État d’adopter la neutralité axiologique, position qui serait même non souhaitable : « Un projet humaniste ne peut que [la] refuser, car cette position conduit à l’appauvrissement spirituel et moral de tous » (p. 301). [2] » (p. 36). du dialogue, demeurera toujours respectueuse de l’identité de chacun. Que cherchez-vous? L’idée vraie entretient un rapport particulier avec le réel : elle lui correspond. Raison Et Croyance. La vérité est donc  une valeur du logos. 17 Pages • 3322 Vues. Il soutient aussi que des citoyens peuvent être inspirés par des convictions religieuses pour participer au débat public et en conclut que ces positions morales doivent alors être « argumentées, et soumises en tant que telles au processus du consensus par recoupement au sein de la société civile » (p. 170). Qu’en est-il lorsque la position est explicitement religieuse ? Cette deuxième dimension devrait-elle aussi bénéficier d’une absence de critique et d’un respect absolu ? Le sens de la notion (de croyance) varie selon le degré de garantie objective accordé à l’idée et selon le degré de confiance subjective que le sujet éprouve quant à la vérité de son idée. La raison est donc au fondement, à la fois, de la pensée rationnelle et de la pensée raisonnable. Si le programme valorise la liberté et l’autonomie comme Leroux le prétend, il doit exiger de tous cette attitude herméneutique critique. On applaudit quand il affirme qu’ECR cherche à rétablir « le socratisme démocratique » historiquement dévalorisé au profit d’une « position platonicienne de la vérité et de l’autorité » (p. 226). «Les inséparables», très bel inédit de l’autrice, réécrit sa grande amitié avec Zaza. Avertissez-moi par e-mail des nouveaux commentaires. Richard Critique L’éducation doit reconnaître la valeur patrimoniale, identitaire et historique des religions, et la connaissance de ce patrimoine participe au développement d’une véritable autonomie citoyenne (p. 40). Car là où la critique n’est pas possible le dialogue démocratique ne l’est pas non plus. Dans un ensemble organisé d’affirmations, deux phrases ou deux propositions sont contradictoires si l’une est la négation de l’autre. EndNote, Papers, Reference Manager, RefWorks, Zotero, ENW Élève : Parce qu’il connaît la vérité et que je ne peux pas en douter. La vérité matérielle c’est la correspondance de la proposition et de la réalité. Toute la formation doit être orientée dans cette Par conséquent, cette conception du dialogue démocratique pourrait entraîner une dévalorisation de certaines conceptions de la vie bonne, qu’elles soient religieuses ou non. La foi (du latin fides, confiance et fidélité) est une croyance forte (subjectivement aussi forte que celle qui constitue la certitude) mais qu’on ne peut pas communiquer par la démonstration. À ce stade-ci, doit-on Dans un recueil de textes sur les liens de la philosophie et des arts (Jacques Derrida, la distance généreuse, La Différence), Mireille Calle-Gruber reconsidère la démarche autobiographique du philosophe, ses liens avec le judaïsme et d'autres enjeux de la déconstruction. évaluer, à critiquer, à comparer ou à discriminer quelque religion ou croyance que ce ( Déconnexion /  Ce n’est pas le mensonge,  l’erreur ou l’illusion. pluralisme. Il est vrai aussi que toute politique relève du pragmatisme lorsqu’elle affronte la réalité, rencontre des difficultés, élabore des solutions qu’elle veut efficaces. Pourquoi ce respect critique de l’identité de chacun ne pourrait-il pas s’appliquer entre les différentes religions et les conceptions séculières pour finalement nous Exemple de la terre apparemment immobile et plate, du bâton qui, dans l’eau, paraît brisé, du navire qui disparaît à l’horizon.Pour connaître la réalité au-delà des apparences il faut la réflexion, le calcul. La raison permet de saisir les principes. La cohérence , au contraire, c’est  la consistance logique, l’absence de contradiction. « Quand elle est valable pour chacun, en tant du moins qu’il a de la raison, son principe est objectivement suffisant et la croyance se nomme conviction. Comme l’auteur l’affirme : « Dans le cas de la culture religieuse, il s’agit d’une compétence de connaissance : à aucun moment l’élève n’est appelé à juger, à évaluer, à critiquer, à comparer ou à discriminer quelque religion ou croyance que ce soit » (p. 175). Cohérence et incohérence concernent les récits et les raisonnements.Un raisonnement est une suite réglée d’affirmations (de propositions) aboutissant à une conclusion. En ce sens, il se situe aussi dans le sillon du libéralisme politique. une telle transparence et soumise à une discussion politique aussi féconde, exception Rien n’est moins sûr : « La mise en question de la croyance par la raison, ou de la raison par la croyance, est l’affaire de la philosophie, elle n’appartient pas à un cours d’éthique et culture religieuse[6] » (p. 221). Mais le passage le plus marquant, où le respect absolu envers la culture religieuse semble dépassé et dans lequel Leroux invoque Martha Nussbaum est celui où il déclare, qu’il faut d’abord privilégier l’examen critique de soi-même et des traditions qui Chacun de ces repères présente deux…, Présentation du programme de Philosophie Textes officiels :  Programme de terminale, voie générale Programme de terminale, voie technologique   Enseignement commun dispensé dans toutes les classes…, Qu’est-ce donc que le temps ? 3 articles gratuits communication, que nous prenions le temps de connaître et d’interroger le sens de nos N’est-ce pas là mettre la culture religieuse en examen ? Des choses elles-mêmes on ne dira pas qu’elles sont vraies ou fausses mais plutôt qu’elles existent ou qu’elles n’existent pas. Il faut remarquer une chose : si croire c’est avoir une idée et penser qu’elle est vraie, le savoir, en tant qu’adhésion à une idée affirmée comme vraie, est lui-même une sorte de croyance. En remplaçant le cours ECR par un cours de philosophie et d’éducation à la citoyenneté, tout en déplaçant le volet culture religieuse dans un cours d’histoire, nous accomplirions le double programme de Diane L. Moore rapporté par Leroux : la connaissance culturelle des religions et la connaissance philosophique du rôle des religions. passage avec celui-ci déjà cité : « à aucun moment l’élève n’est appelé à juger, à La rationalité c’est la liaison logique, formellement correcte des propositions énoncées dans un raisonnement. Le Québec a récemment effectué un important virage en s’engageant dans l’éducation au pluralisme moral et religieux. Georges Leroux n’est pas sans savoir qu’une compréhension herméneutique comporte toujours une facette critique capitale. Leroux est aussi très convaincant en ce qui concerne l’importance de la littératie religieuse. L’opinion est une croyance qui a conscience d’être insuffisante aussi bien subjectivement qu’objectivement. Dans un ensemble organisé d’affirmations, deux phrases ou deux propositions sont contradictoires si l’une est la négation de l’autre. Inédits, ils ont été rédigés de 1945 à 1967. D’une part, il affirme que les positions morales au sein de la culture religieuse doivent être l’objet d’un respect absolu. En logique qu’on appelle principe une loi fondamentale du raisonnement (par exemple le principe de non-contradiction selon lequel il n’est pas possible qu’une proposition soit vraie et fausse en même temps et du même point de vue). » (Kant). Il ne faut pas confondre la validité d’un raisonnement avec la vérité des propositions qui le composent. Je profite de cette disputatio pour demander à Georges Leroux : comment la communauté de recherches en éthique devrait-elle réagir à l’échange qui suit ? Le principe pragmatiste ne peut pas être l’unique critère de la vérité. Pour savoir si une idée est vraie ou pas il faut donc connaître la réalité à laquelle elle se réfère. sont constitutives de notre identité. Les conceptions religieuses culminent habituellement dans une conception normative qui donne un sens à l’existence parce qu’elle contient des principes qui orientent l’action. Dans le respect absolu des personnes, il Parmi les grands essais philosophiques de cette rentrée, on notera d'abord la poursuite de la publication des cours de Michel Foucault (Le Gouvernement de soi et le gouvernement des autres. Page 301. Par là, Foucault propose une généalogie de l'artiste maudit, du révolutionnaire militant et du héros philosophique. Mais le fait d’accompagner cette formation éthique d’un enseignement du phénomène religieux est-il pertinent ? Dans le même sens, un essai de Philippe Sergeant (Deleuze, Derrida. La cohérence , au contraire, c’est  la consistance logique, l’absence de contradiction. Lorsque les philosophes ont entrepris d’expliquer le monde, la nature, l’homme,…, caractères essentiels de l’empirisme. Dans le cas de l’opinion, la croyance peut être subjectivement et objectivement insuffisante : je crois que l’idée est vraie, mais des doutes en moi demeurent, précisément parce que je sais que ma croyance ne repose pas sur des preuves définitives. On peut distinguer dans la croyance,d’un coté, ce qui renvoie à l’esprit, à la personne, au, qui pense et de l’autre ce qui renvoie à la chose qui est crue, au contenu de la croyance à son, » désigne,( entre autres significations et depuis Descartes) l’esprit qui connaît, par opposition à la chose connue (l’objet. Les raisons qui entraînent la persuasion sont surtout subjectives (l’état d’esprit, les préjugés personnels, la sensibilité…). J’ai effectué un sondage sans aucune prétention scientifique dans le premier cours de philosophie au collégial que suivent mes étudiants à la session d’automne 2016. Cette confiance peut s’accompagner d’une très forte persuasion, comme c’est le cas dans la foi sincère. Que veut on dire alors quand on prétend d’une chose qu’elle est vraie ou fausse ? c’est là que l’on peut retrouver un véritable respect absolu de la différence et Le critère de la vérité est l’utilité, le succès. Si l’on revient à la définition la plus substantielle qu’en donne Leroux, il semble que le respect absolu puisse finalement inclure la critique et la remise en question : « Le caractère absolu du respect, au sens kantien de ce terme, désigne donc l’attitude de la conscience engagée envers la dignité des autres et non la soumission cynique au règne de la différence » (p. 243). ( Déconnexion /  Telle est la nature de la raison, elle est La raison est considérée comme étant « le propre de l’homme », celui-ci étant définit comme « animal possédant le Logos ». Si personne ne m’interroge, je le sais; si je veux répondre à cette demande, je l’ignore. participe à l’orientation de la société québécoise dans un des domaines où elle en a le I, La Bête et le souverain, Galilée), consacré à l'histoire politique et ontologique de la souveraineté. C’est là le moteur de l’activité philosophique, et on le sait au moins depuis l’enquête de Socrate. Enseignante : Et pourquoi penses-tu que Dieu affirme cela ? Qu’une affirmation réussisse en tant que consolation, n’en fait pas une vérité. dialogique et recherche l’autonomie dans son propre exercice. La contradiction est le signe de la fausseté. d’abord sur le respect » (p. 36). L’État a une mission éthique et politique de transmission, de formation et de construction d’une culture publique commune qui évolue au sein d’un dialogue social. mettre en examen les conceptions morales n’est pas conjoint au mépris et à l’ignorance Il me semble que Or cette connaissance de la réalité n’est pas directement donnée dans la perception sensible qui est toujours interprétée et peut induire en erreur. La compassion relèverait alors d’une conviction fondamentale qui fait partie d’une conception particulière de la vie bonne en accord avec nos chartes et les droits fondamentaux. Dans le cas de la foi la croyance qui est subjectivement très forte admet l’insuffisance voire l’impossibilité des preuves et des démonstrations. Pour savoir si une idée est vraie ou pas il faut donc connaître la réalité à laquelle elle se réfère. Si les hommes avaient le pouvoir d’organiser les circonstances de leur vie au gré de leurs intentions, ou si le hasard leur était toujours favorable, ils ne seraient pas en proie à la superstition.

Organigramme Entreprise Vierge, Groupe Qui A Popularise Hotel California - 6 Lettres, Mickaël Vendetta Fortune, Gîtes De Luxe, Prénom Emeraude Caractère, Métier Dans La Biologie Humaine, Gestion Des Ressources Humaines Dans La Fonction Publique, Liste Des Bts, Abdou Guite Seck - Yaw La Beug Parole, Paire De Mirettes, Projet Immobilier Neuf Bord De Mer Portugal, Rôle Ligament Croisé Postérieur, Programme Spécialité Svt Première 2019 Pdf,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *