Changer ), Vous commentez à l’aide de votre compte Google. 9 Aujourd'hui, le Guilan et le Mazandaran, qui regroupent près de 6 millions d'habitants et "forment un monde original par leurs paysages verdoyants, les pêcheries de caviar, la richesse de ressources agricoles, et surtout par une population très tôt alphabétisée et ouverte aux influences modernistes"4, sont liés à Téhéran et au reste du pays, à la fois en tant que destination de villégiature et surtout comme premiers fournisseurs des produits alimentaires de base pour le consommateur iranien comme le riz, le thé et les agrumes. La mer Caspienne est la plus grande mer intérieure  du globe d’une superficie d’environ 370 000 km², La Russie part de l’idée que la mer Caspienne est un lac et non pas une mer, La mer Caspienne est-elle un lac ? De plus, dans le cadre d'un rééquilibrage de la politique extérieure russe entre l'Occident et l'Asie, entre l'atlantisme et l'affirmation eurasiatique, Moscou a besoin d'une alliance iranienne, alliance qui lui permet un retour sur la scène moyen-orientale et dans la région du golfe Persique, tout en lui offrant la possibilité de limiter d'éventuelles pressions du radicalisme islamique dans sa sphère d'influence, c'est‑à‑dire dans ce que les Russes considèrent comme l'étranger proche. L'étape actuelle constituerait, dans cette perspective, l'ultime épisode du retour de l'Iran comme véritable acteur dans l'espace de la mer Caspienne. 22 Le Turkménistan est sans doute le pays de la région qui entretient les meilleurs rapports avec Téhéran. Dans cette perspective, Téhéran et Moscou mirent, plus que par le passé, l'accent sur le fait que leur point de vue était identique à propos du statut juridique de la Caspienne. L’Asie centrale, dont une partie était autrefois appelée Turkestan, est une sous-région du continent asiatique approximativement située à l’est de la mer Caspienne, intégrant certaines parties de la Fédération Russe, de l’Ouest et du Nord de la Chine continentale, et de la totalité de l'Afghanistan, ce dernier possédant une géologie et une démographie proche de l'Asie Centrale. Mais il faudra attendre le XXe siècle, et surtout l'avènement de Reza Shah, pour que l'intégration totale de l'économie régionale à l'économie nationale se réalise. Mais la réalisation d'un tel objectif nécessite des moyens, des ressources et des soutiens externes. 24 Quant au Kazakhstan, les relations, tout en étant cordiales, sont plus distantes qu'avec le Turkménistan et l'Azerbaïdjan. . 11 L'avancée russe en direction du Caucase et surtout les défaites iraniennes durant les deux guerres russo-persanes du début du XIXe siècle, vont entraîner une perte de souveraineté de l'Iran sur la Caspienne. Le traité d'amitié du 26 février 1921 met un terme à cette situation. La Caspienne, terrain d'entente, de rivalité ou de conflit ? Mer fermée, entourée de cinq Etats dont trois sont totalement enclavés, trois Etats qui par ailleurs cherchent à consolider leur nouvelle indépendance grâce à leurs richesses énergétiques, voilà une problématique qui ne peut se concevoir que de manière globale et au niveau international, cela d'autant plus qu'aucun pays de la région ne dispose des moyens financiers nécessaires à la construction des pipelines et gazoducs indispensables. La position incohérente de la Russie pourrait se résumer de la façon suivante : “Utilisation commune des eaux de surface, partage des fonds marins.” Avec une telle approche, la Russie sécurise la navigation en surface et renforce sa suprématie navale tout en restant très pragmatique pour ce qui concerne l’exploitation des ressources énergétiques. #Mer_Caspienne #Ex-URSS #URSS #Frontières #Caucase #Asie_centrale. Ce projet comportait un volet maritime qui se traduisit par la mise en place d'une petite force navale iranienne sur les eaux de la mer Caspienne. Cette option convient par ailleurs à l'Iran, dans la mesure où elle l'écarte des controverses entre la Russie et ses partenaires au sein de la CEI, favorisant ainsi le maintien de rapports privilégiés entre Téhéran et Moscou. Cela ne règle pas tout pour autant. 36 Curieusement, cette étape coïncide avec une convergence des points de vue sur le statut juridique futur de la Caspienne entre l'Iran et la Russie, puissance qui fut à l'origine de son refoulement des eaux et des régions limitrophes de cette mer29. On comprendra donc pourquoi la Russie cherche une solution qui l’avantage alors qu’elle n’a plus aujourd’hui que moins de 700 km de littoral sur la mer Caspienne alors que l’URSS en avait près de 5 200. La "route méditerranéenne" représente une alternative intéressante dans la mesure où elle permet d'éviter le passage à travers le territoire russe, mais elle présente aussi quelques inconvénients. 37 Du côté russe aussi l'entente avec l'Iran, le partenaire de toujours en mer Caspienne, semble très appréciée et cela d'autant plus que, depuis quelques années, des relations très étroites, à la fois sur les plans politique, économique et militaire, se sont nouées entre les deux pays31. La mer Caspienne est la plus grande mer intérieure  du globe d’une superficie d’environ 370 000 km² (c’est un peu plus que la superficie de l’Allemagne) . Ce gazoduc représente un élément important du grand projet incluant aussi le Turkménistan. On peut aussi consulter avec intérêt la synthèse publiée par Chattham House : Si vous souhaitez commenter, utiliser ce texte et cette carte, ou simplement contacter l’auteur de l’article, nous vous invitons à le faire via l’adresse contact@visionscarto.net, Touristes et migrants : collision en gare de Côme, #Migrations #Asile #Italie #Suisse #Tourisme #Frontière, Fort McMurray et l’incendie de 589 000 hectares, #Canada #Pétrole #Incendie #Échelle #Cartographie. 27 La signature d'un accord, le 12 novembre 1994, entre l'Iran et l'Azerbaïdjan, qui prévoyait une participation iranienne au consortium international chargé de développer les gisements pétroliers offshore de la mer Caspienne18 suscita quelques inquiétudes à Moscou où l'on pensa que l'Iran avait modifié sa position et opté pour la proposition azerbaïdjanaise de partage de la mer Caspienne en secteurs nationaux. Il y a d'abord des considérations économiques et stratégiques. Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter: Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Pendant la Seconde Guerre mondiale, après l'occupation soviétique du nord de l'Iran, la mer Caspienne va jouer un nouveau rôle: celui de la voie d'acheminement du matériel militaire envoyé par les Alliés à l'URSS et livré dans les ports iraniens du golfe Persique. Le « droit de la mer » — c’est-à-dire la convention des Nations unies de 1982 — confisquerait à l’Iran, par exemple, une grande partie de l’espace qu’il revendique. De plus, je n’avais pas trop d’attentes car Joao, le portugais rencontré sur ma route et qui doit aussi traverser le mer caspienne avec son van avait eu une information qu’aucun ferry ne ferait la liaison ce lundi. Le journal en ligne « Azeri Daily » a publié un compte rendu de la réunion de Moscou en septembre 2015. Cette mer recèle d’importance ressources pétrolières. Il s'agit de faire de ce pays un élément-clé dans le système énergétique mondial en combinant deux aspects : l'Iran grand producteur et exportateur de pétrole (et bientôt de gaz) et l'Iran pays de transit, le seul Etat dont le territoire fait la jonction entre les bassins pétroliers de la Caspienne et du golfe Persique. La mer Caspienne est bordée par des pays complexes sur le grand échiquier des relations internationales (Kazakhstan, Azerbaïdjan, Turkménistan, Iran et Russie), dont la fin de l'URSS a profondément rebattu les cartes. Cet accord reprend et développe les principes énoncés dans le traité de 1921 en insistant davantage sur le fait que seuls les navires appartenant aux deux Etats riverains ont le droit de naviguer sur la Caspienne et que le personnel étranger, travaillant sur ces navires ainsi que dans les ports, doit limiter ses activités à ce que stipulaient les contrats de travail. Mais le pari du consensus avec la Russie se justifie aussi d'un autre point de vue: face à une éventuelle entente entre Etats de langues turques (Azerbaïdjan, Turkménistan, Kazakhstan) dans la région de la Caspienne, la Russie est en quelque sorte l'allié naturel de l'Iran. La question divise depuis des décennies. Enfin les littoraux expliquent l’existence d’un tourisme balnéaire notamment à Bakou. La shi'itisation débute au XVIIe siècle pour ne s'achever qu'à la fin du XIXe. Un autre accord a été passé entre l'Iran et le Turkménistan en juin 1995 afin de construire un gazoduc d'une longueur d'environ 200 km pour acheminer du gaz turkmène vers le nord de l'Iran, . En revanche, le ministère de l’énergie — soutenu par les lobbies pétroliers — a publiquement contredit ses collègues des affaires étrangères en défendant l’option « mer » qui, selon lui, permettrait une exploitation beaucoup plus profitable des ressources. 16 Avec l'effondrement en décembre 1991 de l'URSS, la situation sur les frontières nord de l'Iran change totalement. 35 La principale préoccupation de l'Iran à l'égard de la région de la mer Caspienne est sans aucun doute d'ordre politique : étendre son influence dans toute la zone et sur tous les plans. Ainsi l'Iran se déclare prêt à importer du pétrole des pays d'Asie centrale et d'Azerbaïdjan pour ses propres besoins et à exporter la même quantité de pétrole, par ses terminaux sur le golfe Persique pour le compte de ces pays, projet qui pourrait se réaliser rapidement et sans investissements importants, Pour le moment, le plus important accord signé concerne un  grand projet de gazoduc qui devrait relier le Turkménistan, l'Iran et la Turquie. Changer ). Evénement symbolique considérable puisque depuis 1742, date à laquelle Nader Shah avait mis en service un bâtiment armé sur cette mer, c'était la première fois qu'une marine militaire iranienne faisait son apparition en mer Caspienne. Deux explications à cette situation. Cette insistance sur l'éventuelle interférence d'une puissance tierce s'explique sans doute par le contexte de l'époque, marqué par le pacte germano-soviétique d'août 1939 et le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. L'anti‑américanisme militant du régime islamique et sa lutte contre toutes les "valeurs occidentales" a mis l'Iran au ban de la communauté internationale. L’altitude est à – 28 m  (comme la mer Morte  dont le niveau est également en dessous de 0). Au moment de l'apparition de la dynastie Safavide (1501-1722), la partie occidentale du Guilan est sunnite tandis que la partie orientale reste partagée entre zaïdites et ismaïliens. En effet, pendant des siècles l'économie du Guilan était orientée vers les marchés extérieurs. Pingback: La Volga : 3 700 km, plus long fleuve d’Europe | amnistiegenerale. En effet progressivement, les citoyens russes vont prendre possession de l'ensemble de l'industrie de la pêche sur la mer Caspienne, y compris dans les régions côtières du sud. On reconnaît l’Iranien Hassan Rohani avec sa robe et son turban, le Président russe Vladimir Poutine ; au centre le président qui invite le Kazakh Noursoultan Nazarbaïev (il a démissionné en 2019). 2 Le particularisme des régions côtières relève en premier du climat et de la végétation que l'on rencontre sur le versant maritime de l'Elbrouz. Mais Téhéran s'empressa de dissiper cette inquiétude d'autant plus étrange que la Russie elle-même était partie prenante au consortium, en déclarant, par voie officielle, que sa participation ne signifiait nullement un changement d'attitude par rapport à l'accord de 194019. Synonymes de "Pays désertique ouvert sur la mer Caspienne" Définition ou synonyme. Ce fut le cas en 2003 entre la Russie, l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan pour relancer le développement de la région située dans le nord de la Mer Caspienne. Un petit briefing sur les milieux en géographie : l’exemple de l’Europe, Qu’est-ce que le cyberespace ? Enfin, à l'occasion du voyage officiel du premier ministre turc, Necmettin Erbakan, en Iran, un contrat gazier d'une durée de vingt-deux ans, portant sur 20 milliards de dollars et prévoyant la construction d'un gazoduc de la ville iranienne de Tabriz à la frontière turque, a été conclue entre Téhéran et Ankara27. La question du statut juridique de la mer Caspienne : mer où l’on peut découper des ZEE ou lac dont on doit gérer les ressources en commun ? URL : http://journals.openedition.org/cemoti/116 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cemoti.116, OpenEdition Journals member – Published with Lodel – Administration only, You will be redirected to OpenEdition Search, Une seule des options possibles de la "route méditerranéenne" prévoit un passage à travers le territoire iranien. Dès 1991, les accords de 1921 et 1940 sur le partage de la Caspienne entre les deux pays « riverains » d’alors, l’Iran et l’Union soviétique, ont dû être remis sur la table et renégociés avec les trois nouvelles républiques issues de l’implosion de l’URSS : Azerbaïdjan, Turkménistan et Kazakhstan. 3 Entre Astara, ville située sur la frontière de l'Iran et de la République d'Azerbaïdjan, et la province du Gorgan, qui s'étend au sud-est de la Caspienne et se prolonge jusqu'aux frontières du Turkménistan, s'étendent les deux grandes provinces historiques du nord: le Guilan (à l'ouest) et le Mazandaran (à l'est)2. 7 Outre la construction de nouvelles routes, comme celle de Tchalous qui ouvrait une nouvelle liaison entre la capitale et la côte caspienne et une route d'est en ouest raccordant toutes les régions côtières, la contribution essentielle de Reza Shah à l'intégration des provinces du nord fut la construction du chemin de fer transiranien, faisant la jonction entre la Caspienne et le golfe Persique, dont les travaux furent achevés en 1938. Le président Niazov est parfaitement conscient du fait que la résolution d'aucun problème de la région ainsi que le désenclavement de son propre pays ne peuvent sérieusement se concevoir sans la participation de l'Iran. 6 Les projets de Reza Shah pour ces régions s'inscrivaient aussi dans le cadre d'une politique de modernisation générale du pays, dont l'un des éléments essentiels était une sorte de révolution des transports terrestres qui devait faire disparaître les barrières naturelles séparant depuis des siècles les diverses régions et provinces, empêchant ainsi à la fois l'intégration politique complète du pays et l'apparition d'un marché économique aux dimensions nationales3. 19* Mise en place d'une organisation régionale de coopération regroupant les cinq Etats riverains. De plus, la Russie rétrocède l'île iranienne d'Achouradeh (article 3) ainsi que ses installations du port d'Anzali (article 10)7. C'est aussi à l'époque Safavide que l'intégration politique de la frange caspienne au reste du pays est réalisée lorsque shah Abbas 1er écarte les chefs locaux qui contestaient l'autorité centrale. Quant à l’Iran sa position est la suivante : La mer Caspienne est une étendue d’eau qui, par son caractère unique, présente une importance capitale pour les États riverains. Ce texte ne mettait en cause en aucune façon l'accord de 1940 et ne signifiait pas, contrairement à ce qui a été parfois prétendu, une division de la Caspienne entre les deux pays riverains11. Avec le Turkménistan et l'Azerbaïdjan, qui tous deux, outre les frontières maritimes, partagent de longues frontières terrestres avec l'Iran, les relations sont de nature différente12. Cette situation était principalement due à la rareté des voies d'accès reliant le plateau aux régions côtières. 33 Pour le moment, le plus important accord signé concerne un  grand projet de gazoduc qui devrait relier le Turkménistan, l'Iran et la Turquie. Cet accord qui date du 23 août 1994, n'a pas jusqu'à présent, faute de moyens financiers, connu même un début de réalisation, . 1Quand les Iraniens évoquent aujourd'hui  la mer Caspienne, qu'ils nomment indifféremment Darya-ye Khazar (la mer des Khazars), Darya-ye Mazandaran (la mer du Mazandaran) ou Darya-ye Chomal (la mer du Nord), ils pensent généralement et tout d'abord aux régions côtières plus qu'à la mer elle-même. Pour un article beaucoup plus pointu voir ici l’article de géopolitique de Clément Therme chercheur post doctorant sur le site d’Areion 24 news. Cette "distance" est sans doute avant tout due à l'éloignement géographique, mais elle est aussi de nature politique dans la mesure où les possibilités d'influence de l'Iran dans ce pays, du fait de sa composition ethnique et de son islamisation récente qui ne date que de deux siècles, sont relativement réduites. Par contre, s'agissant de la "route du sud" toutes les possibilités - sauf une très hypothétique pour le moment, qui partirait du Turkménistan à travers l'Afghanistan et le Pakistan pour atteindre l'océan Indien, - doivent s'envisager uniquement par le passage en territoire iranien. La vente d'équipements militaires, d'armements sophistiqués (sous‑marins, avions de combats etc.) La "route du nord" passe par un pipeline déjà existant à travers la Russie, qui traverse la Tchétchénie pour déboucher sur la mer Noire au port de Novorossiik. Ces deux derniers jours, la réponse était négative. Depuis lors, la pêche a été placée sous le contrôle d'une société gouvernementale, la Société anonyme des pêcheries d'Iran (Sherkat-e sahami-e shilat-e Iran). Les avantages de cette route sont certains pour le Turkménistan, intéressants pour l'Azerbaïdjan et non dénués d'intérêt pour le Kazakhstan. REUTERS. Lettres connues et inconnues Entrez les lettres connues dans l'ordre et remplacez les lettres inconnues par un espace, un point, une virgule ou une étoile. Les chiffres de populations sont tirés de populations et Sociétés Tous les pays du Monde INED, la production de pétrole et gaz données 2017 de cet article. HomeNuméros en texte intégral23Les Cinq, des partenaires inégauxMer Caspienne : perspectives iran... Après une réflexion sur ce que représente la mer Caspienne et ses régions côtières pour l'Iran, cet article analyse l'évolution historique qui a, dans le passé, conduit à l'effacement progressif de l'Iran au profit de la Russie, puis de l'URSS. Elle s’étend sur une longueur d’environ 1000 km sur environ 400 km de large. L’article est à prendre avec beaucoup de pincettes, mais il contient quelques informations intéressantes. Cet accord qui date du 23 août 1994, n'a pas jusqu'à présent, faute de moyens financiers, connu même un début de réalisation24. Le Turkménistan, l’un des pays les plus fermés de la planète, a ainsi proclamé le 12 août « Journée de la mer Caspienne » en l’honneur du futur accord, affichant ainsi son enthousiasme.

Protocole Informatique Pdf, Le Bon Coin Version Portugaise, Anse De La Fausse Monnaie, On Est Ensemble Live, Résume Physique Chimie 2 Bac International, Classement Sciences Po Bordeaux,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *